Menu Rechercher

    Beate et Serge Klarsfeld, les combats de la mémoire (1968-1978)

    Jusqu'au dimanche 29 avril 2018, Mémorial de la Shoah, Paris
    Texte

    50 ans après la gifle administrée par Beate Klarsfeld en 1968 au chancelier ouest-allemand Kurt Georg Kiesinger et 40 ans après la publication en 1978 par Serge Klarsfeld du Mémorial de la déportation des Juifs de France, le Mémorial de la Shoah retrace pour la première fois le parcours de Beate et Serge Klarsfeld en faveur des victimes de la Shoah et de la connaissance historique, contre l’impunité d’anciens responsables de la Solution finale et contre l’antisémitisme.

    Au sein du combat d’un couple, d’une vie, la décennie 1968-1978 marque un tournant important dans l’évolution de la mémoire de la Shoah en Europe et dans le monde. L’action spectaculaire de Beate et Serge Klarsfeld, menée sur plusieurs continents, exerce un rôle majeur dans ce mouvement vers la reconnaissance.

    Alors que la guerre froide n’est pas terminée et que le contexte mondial est celui de profonds bouleversements culturels et politiques, le couple Klarsfeld s’engage et bouleverse le regard sur le nazisme et le génocide des Juifs en Allemagne et en France.

    Après la publication de leurs mémoires en 2015, l’histoire et les motivations des engagements de Beate et Serge Klarsfeld sont restituées par l’exposition proposée par le Mémorial de la Shoah grâce à de nombreux documents et objets inédits, rejoignant celles de toute une génération dont ils deviennent les symboles. Leur influence se poursuit jusqu’à aujourd’hui. 

    Beate et Serge Klarsfeld, 8 janvier 1972. Photo Elie Kagan, Coll. Klarsfeld / BDIC

    Beate et Serge Klarsfeld viennent perturber les obsèques de Xavier Vallat, ancien commissaire général aux questions juives et figure de l’extrême-droite antisémite, à Pailharès. 8 janvier 1972. Photo Elie Kagan, Coll. Klarsfeld / BDIC

    Texte

    En une décennie [1968-1978], les Klarsfeld renouvellent les pratiques militantes et deviennent des figures de premier plan de la mémoire de la Shoah. Il s’agit de restituer la plénitude de leur action, sans se limiter à un pays ou à une facette de leurs combats. Car leur démarche est globale et ne peut se résumer à tel ou tel aspect. L’écriture, la recherche d’archives, la traque des anciens bourreaux, l’action judiciaire, le combat pour Israël et contre l’antisémitisme forment un tout.

    Olivier Lalieu, historien, commissaire de l'exposition

     
    Membre du conseil d'administration de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah, Serge Klarsfeld est conseiller du président de la Fondation, président de la commission "Mémoire et transmission" et président du comité de lecture de la collection "Témoignages de la Shoah" éditée par la FMS en partenariat avec les éditions Le Manuscrit.

     

    Exposition

    Du jeudi 7 décembre 2017 au dimanche 29 avril 2018

    Mémorial de la Shoah 
    17, rue Geoffroy-l'Asnier 
    75004 Paris

    Entrée libre et gratuite

    Site de l'exposition

     

    Commissariat de l’exposition : Olivier Lalieu, historien, responsable de l’aménagement des lieux de mémoire et des projets externes, Mémorial de la Shoah.

    Coordination générale : Sophie Nagiscarde, responsable du service des activités culturelles, Mémorial de la Shoah.

    Recherche et documentation : Lior Lalieu-Smadja, responsable de la photothèque, Ariel Sion, responsable de la bibliothèque, Karen Taieb, responsable des archives, Caroline Didi, Mémorial de la Shoah.
     

    Partager

    | |