Menu Rechercher

    KL. Une histoire des camps de concentration nazis - Nikolaus Wachsmann

    Gallimard - 2017
    Texte

    Le camp de concentration (KL) est constitutif du nazisme. Il en est le miroir le plus fidèle. Dès les premières heures du régime, il sert d’abord à éliminer les opposants politiques dans des bâtiments réquisitionnés en pleines villes, puis très vite est érigé hors des zones urbaines selon une architecture particulière.

    De concentration des prisonniers sans droits, il élargit ses fonctions selon les besoins de l’État : instrument de la terreur idéologique, il devient la machine de l’épuration sociale (malades mentaux, associaux, homosexuels), le centre d’une économie du travail par le mortel esclavage de la main d’oeuvre (les prisonniers russes et les Slaves au premier chef), un univers de convois de train et de rampes de sélection, d’expérimentations médicales selon les pathologies des différentes catégories de déportés, l’épicentre enfin du génocide des populations juives et tsiganes en provenance de tous les pays occupés.

    D’emblée, le camp fut le règne de la violence absolue, sitôt que la garde en fut confiée à la SS des camps dont les rangs s’ouvrirent aux militants de base sans autre formation idéologique que les sanglantes batailles de rues. Le camp ne répond pas seulement aux évolutions du régime nazi, il est un univers en soi avec ses propres règles, mélange de bureaucratisme tatillon et d’arbitraire déchaîné, sur lequel entend régner Himmler.

    Un univers dont les Allemands ne pouvaient ignorer l’existence, tant il fit l’objet de reportages écrits, radiophoniques et cinématographiques afin que chacun sache de quel prix se payait la moindre dissidence. Un univers dont nombre de survivants périrent aux dernières heures dans les marches forcées par lesquelles les nazis voulurent effacer les traces de leur crime devant la progression des armées russes et alliées.

    Nikolaus Wachsmann, professeur d’histoire contemporaine à Birbeck College (université de Londres), a écrit la première histoire globale des camps nazis de 1933 à 1945 puis de leur survivance dans la mémoire occidentale. Un de ces livres majeurs qui, par le recours à des milliers de pages d’archives administratives ou de témoignages personnels, par le jeu d’échelles du centre du pouvoir hitlérien à la condition du détenu au ras de son châlit, marquent une étape dans la discipline.

    Traduit de l'anglais par Jean-François Sené, cet ouvrage a été publié avec le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah.

    Ouvrage paru aux éditions Gallimard dans la collection NRF Essais

    Commander ce livre auprès de la librairie du Mémorial de la Shoah
     

    Couverture du livre KL

    Partager

    | |