Menu Rechercher

    Puisque le ciel est sans échelle. Dessins d'Arthur Goldschmidt au camp de Theresienstadt

    Éditions Créaphis - 2015
    Texte

    À son retour de déportation, après trois années d'internement au camp de Theresienstadt, Arthur Goldschmidt ramène avec lui un carnet noir et des feuillets pliés en deux : des dessins, soustraits à l'administration nazie. En 2011, son fils, l’écrivain Georges-Arthur Goldschmidt, en fait don au Centre d'Histoire de la Résistance et de la Déportation.

    Cet ouvrage présente ces 128 croquis sur un mode sensible et poétique, accompagnés de textes qu'ils ont inspirés. Ces dessins restituent, à leur façon, l’atmosphère du camp de Theresienstadt, lieu d’une gigantesque mise en scène par les nazis, et d'où nombre de Juifs furent déportés vers Auschwitz.

    Portrait de Madame Parashy, 1943 - Crayon graphite et pierre noire sur papier - Coll. CHRD / Fonds Georges-Arthur Goldschmidt

    Texte

    Il me fallut une vingtaine d'années et le regard de ma femme pour que m'apparaisse enfin toute l'importance de ces dessins qui rendent si bien compte et avec tant d'apparente objectivité de l'effroyable condition de tous ces gens en attente d'une mort certaine. J'en craignais la beauté d'exécution et le caractère parfois presque "idylllique" des paysages pouvait créer, me semblait-il, un véritable malentendu. Mais les visages parlent d'eux-même et disent tous la même désolation.

    Georges-Arthur Goldschmidt


    La préface, de l’historienne Annette Wieviorka, explicite le contexte particulier de ce camp. Les textes ont été rédigés par trois amis de Georges-Arthur Goldschmidt : l'écrivain Marcel Cohen, l’architecte Guy Pimienta et l’écrivain Roger-Yves Roche. Ils permettent de mieux apprécier le contexte dans lequels ces croquis ont été réalisés.

    Cet ouvrage a reçu le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah.

    Commander cet ouvrage auprès de la librairie du Mémorial de la Shoah

    Partager

    | |