Menu Rechercher

    Les "archives juives", miroir du rapport des Juifs à l’État et à la Nation

    Journée d'étude : mardi 19 juin 2018 à Ivry-sur-Seine
    Texte

    Cette journée d'étude est organisée par Martine Cohen, sociologue membre du Groupe Sociétés Religions Laïcités (CNRS - EPHE), et Mathias Dreyfuss du Centre de recherche historique de l'EHESS et du Musée national d’histoire de l’immigration.

    Au cours des XIXe et XXe siècles, la construction des États-nations modernes a accordé aux Juifs une place spécifique… ou pas ! S’ils ont été considérés en Europe, parfois comme une minorité (nationale ou religieuse), parfois au contraire comme des citoyens individuels non distingués des autres citoyens, comment les Juifs ont-ils "répondu" à ces diverses formes de leur intégration (ou au contraire de leur relégation) dans l’État-nation et dans des ensembles étatiques de nature différente (empire, monarchie) ? En quoi la conception d’ "archives juives", séparées ou au contraire intégrées au patrimoine écrit national, reflète-elle ces réponses variables ?

    Au XXe siècle, comment la création de l’État d’Israël a-t-elle interféré avec ces approches : insistance sur une spécificité juive ? Volonté de regroupement des archives des communautés juives de la Diaspora sous sa bannière ? Comment la nécessité de la collecte, de la conservation, puis, face aux persécutions, du sauvetage de ces archives a-telle incité certains d’entre eux à regrouper celles-ci dans des institutions propres ? Quels enjeux les circulations transnationales de ces archives, avant et après la Shoah soulèvent-elles ?

    Quelles conceptions de l’universalisme et du particularisme, et de la place de la spécificité juive, ces choix reflètent-ils ? Si l’État-nation est considéré au XIXe siècle comme le cadre d’un "universalisme" (y compris lorsque celui-ci est étendu de manière inégalitaire aux peuples colonisés d’un empire), les Juifs situent-ils leur spécificité comme une particularité "seconde" au regard de leur citoyenneté dans cet État-nation, ou comme un universalisme "de même niveau", que celui-ci s’incarne dans un État-nation propre (Israël), ou sous la forme d’une autonomie culturelle plus ou moins formalisée ?

    Argumentaire complet (pdf)

    Programme (pdf)

    Photo : Registre de délibérations de la Nation portugaise de Bordeaux depuis le 11 May 1710..., Archives départementales de la Gironde, I 9 

    Texte


    Journée d'étude financée par l'EPHE, le CNRS, PSL Research University, avec le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah.
     

    Journée d'étude

    Mardi 19 juin 2018, 9h15 - 17h30

    EPHE-CNRS-PSL Research
    Groupe Sociétés Religions Laïcités
    27, rue Paul-Bert
    94204 Ivry-sur-Seine
     

    Partager

    | |