Menu Rechercher

    Tsiganes, le grand silence - Catherine Bernstein

    À voir en ligne jusqu'au dimanche 10 mars 2024 sur france.tv
    Texte

    La réalisatrice Catherine Bernstein, spécialiste de documentaires historiques, entretient une amitié de longue date avec son protagoniste principal, Alain Daumas, président national de l'UFAT (Union Française des Associations Tsiganes), un des plus anciens militants de la mémoire tsigane. Une photographie qu’il porte toujours sur lui symbolise son engagement dans la reconnaissance du génocide des Tsiganes, le "Samudaripen" en langue romani (que l'on peut traduire par "meurtre de masse") qui a pourtant englouti des centaines de milliers d'enfants, de femmes et d'hommes.

    Il s'agit de la photographie d’une jeune fille dont on aperçoit le visage dans l’entrebâillement d’un wagon de déportation, révélée notamment dans le film "Nuit et Brouillard" d'Alain Resnais. Cette photographie, nous dit-il, devint un symbole de la déportation et de l’extermination des Juifs, or on sait depuis 1994 qu'il s’agit d’une jeune fille tsigane, Sinti pour être exact, Anna-Maria Settela Steinbach, déportée de Westerbork aux Pays-Bas à Auschwitz le 19 mai 1944. 

    Alain et sa femme décident de partir en camping-car sur les traces de cette jeune fille jusqu’au camp d’Auschwitz-Birkenau où elle a été assassinée. Mais en chemin, ils vont faire plusieurs étapes : au camp d’internement de Saliers en Camargue, chez Rosette Levy, rescapée juive de Birkenau, qui leur parle de l’extermination des 3 000 derniers Tsiganes d’Auschwitz le 3 août 1944au camp du Struthof à la recherche du grand-père assassiné de Maria, à la rencontre de Joséphine L. ancienne déportée tsigane à Auschwitz… Au long de leur route, ils croisent des Tsiganes en Roumanie, en Hongrie, Slovaquie, Tchéquie, héritiers de cette histoire tragique, et avec lesquels ils parlent de la situations de ceux que l'on appellent aujourd'hui roms ou nomades et qui n'est guère réjouissante.

    Road-movie sur les traces d’une mémoire effacée, ce film est le premier de la réalisatrice Catherine Bernstein, spécialiste des documentaires historiques, à être filmé au présent. Elle a demandé à une des meilleures historiennes de la déportation des Tsiganes, Monique Heddebaut, de la conseiller sur ce film.

    Texte

    Ce film produit par France 3 Occitanie et les Films de l'Aqueduc a reçu le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah. 

     

    Diffusion 

    Jeudi 8 février 2024, 22h50 sur France 3 Occitanie

    Disponible en ligne jusqu'au dimanche 10 mars 2024

    Partager

    | |