Menu Rechercher

    Lettres à Blanchette, juin 1942-mars 1943 - Marguerite Efraim et Hugues Steiner

    À paraître aux éditions Le Manuscrit / Fondation pour la Mémoire de la Shoah
    Texte

    Le 20 juin 1942, Hugues Steiner est arrêté à la sortie de son lycée parisien. La Police aux questions juives est sur les traces de son père, Charles, célèbre fabricant de meubles. Marguerite Efraim, la mère de Hugues, se retrouve, elle aussi, détenue au Dépôt de la préfecture de Police.

    Marguerite et Hugues écrivent à Blanchette, la sœur de Marguerite. On lit dans leurs lettres la détresse matérielle et psychique mais aussi la solidarité de leurs proches et leurs efforts pour subvenir aux besoins et obtenir une libération. La Roumanie étant alliée au Reich, la nationalité roumaine de Marguerite aurait pu la protéger. Mais ce mince espoir est bien vite déçu.

    Après la rafle du Vél’ d’Hiv’ (16-17 juillet 1942), Hugues est transféré au camp de Drancy. Sa mère et son grand-père l’y rejoignent après l’arrestation des Juifs roumains, le 24 septembre 1942. Ils seront déportés à Auschwitz et ne reviendront pas.

    Hugues sera, lui aussi, déporté, s’évadera du wagon vers Sobibor, sera repris avec ses camarades puis déporté à Auschwitz et affecté aux mines de charbon de Jaworzno. Début 1945, il parviendra à s’échapper de la "marche de la mort" puis à regagner la France. Son parcours, terrible et chaotique, a été évoqué par ses compagnons de déportation, Sylvain Kaufmann et Henry Bulawko.

    Couverture
    Texte

    Édition établie avec le concours de Michel Labarre, Marguerite Heuzé et Paule Steiner.

    Ouvrage à paraître en octobre 2021 dans la Collection Témoignages de la Shoah aux éditions Le Manuscrit / Fondation pour la Mémoire de la Shoah.

    Partager

    | |