Menu Rechercher

    Traduction en allemand des mémoires de Léon Poliakov

    Éditions Tiamat - 2019
    Texte

    Enfant, Léon Poliakov fuit la Révolution d'octobre avec ses parents et arrive à Paris via Berlin. En France, son père fonde le Pariser Tageblatt (journal des exilés germanophones) et contribue à populariser des écrivains tels que Heinrich Mann et Oskar Maria Graf.

    En 1940, Poliakov est fait prisonnier de guerre. Après son évasion, il rejoint la Résistance et participe au sauvetage de Juifs. Pendant la guerre, il commence à rassembler des documents sur les crimes nazis et la collaboration. Il fait ensuite partie de la délégation française au procès de Nuremberg.

    Dès 1951, à l'initiative d'Alexandre Kojève et de Raymond Aron, Poliakov publie Le Bréviaire de la haine, première tentative systématique de documenter l'extermination des Juifs. Il a très tôt souligné le rôle central de l'antisémitisme exterminateur.

    Son parcours de résistant et de chercheur autodidacte était, jusqu'à maintenant, peu connu en Allemagne.

    Traduit du français par Jonas Empen, Jasper Stabenow et Alex Carstiuc, ces mémoires sont publiés aux éditions Tiamat avec le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah.

    Commander cet ouvrage en allemand

    Mémoires de Léon Poliakov
    Texte

     

    "Je voulais savoir pourquoi ils voulaient me tuer - avec des millions d'autres êtres humains..."

    Léon Poliakov

     

    "Poliakov a une connaissance approfondie et intime des structures administratives complexes de l'Allemagne nazie, des relations toujours changeantes entre les différents services, ainsi que des hauts et des bas des différentes cliques autour d'Hitler."

    Hannah Arendt

     

    "Pionnier de la première phase de la recherche, qui a rassemblé des documents à Paris et fondé avec sa première publication - Bréviaire de la haine - la discipline scientifique que nous appelons aujourd'hui les Holocaust studies. Cette première étude approfondie de notre sujet s'appuie principalement sur les dossiers de Nuremberg. Poliakov avait déjà une idée du phénomène global et même une thèse, à savoir que l'extermination des Juifs était le résultat de la haine."

    Raul Hilberg

    Partager

    | |