Menu Rechercher

    Journal filmé d'un exil, de Magali Magne

    2017
    Texte

    En 1936, à l’occasion de la naissance de son fils, Robert Bernas achète à Vienne sa première caméra : une Eumig 8mm. Comme la plupart des cinéastes amateurs, il fixe sur la pellicule les moments de bonheur. En mars 1938, l'Autriche est annexée par l’Allemagne nazie. Robert détourne alors sa caméra du cercle familial pour la diriger sur les événements qui se déroulent sous ses yeux.

    Robert ne se sépare plus de sa caméra. Il s'en sert comme d'un œil-témoin. Il filme le va-et-vient des avions, des convois allemands et fait des plans symboliques pour exprimer la peur et la tension qu’il partage avec les siens. Puis il prend le risque de camoufler sa caméra sous son manteau pour filmer les troupes nazies qui envahissent la ville, la foule qui les accueille, les bannières à croix gammées sur tous les murs de Vienne, y compris la devanture du magasin de linoléum de son beau-père.

    Plus tard, il enregistre les événements que traversent les siens. Cette famille juive franco-autrichienne, contrainte à fuir Vienne puis Paris, s’exilera aux États-Unis pour revenir en France en 1947. Des images fortes, inventives, parfois joyeuses qui racontent une formidable victoire face aux menaces de l’Allemagne nazie et de ses alliés.

    Devant la caméra de Magali Magne, Harry Bernas, le fils de Robert, partage aujourd’hui cette histoire.

    Texte

    Documentaire, 2017, France, 52 min, À ProPos Productions

    Ce film a reçu le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah.

    Première diffusion : novembre 2017 sur Toute l'Histoire

    Affiche du film Journal filmé d'un exil, de Magali Magne

    Partager

    | |