Menu Rechercher

    Ça s'est passé ici. Les parisiens racontent la Shoah

    2019
    Texte

    Ça s'est passé ici est une application internet qui propose des séries sonores immersives pour raconter l'Histoire à l'endroit où elle a eu lieu, en explorant un quartier, une rue, un bâtiment et en donnant la parole - grâce aux archives - à ceux qui l'ont vécue. 

    La première série raconte La Shoah à Paris, à travers le destin singulier des habitants de 6 rues. Ces rues offrent différents angles pour comprendre l’Histoire, grâce aux relations quotidiennes tissées entre habitants, voisins, collègues, camarades de classes… Le public y "rencontre" celles et ceux qui, victimes, Justes, persécuteurs ou simples témoins, ont connu les heures sombres de la Shoah, souvent au cœur de leur environnement le plus quotidien.

    Entre 1940 et 1945, les vies des Juifs parisiens victimes des lois raciales ont basculé, dans des immeubles, des écoles, des institutions, et des rues qui existent encore aujourd’hui. La série permet de retracer le destin de ces habitants et d'accéder aux archives géolocalisées pour (re)vivre cette histoire de proximité où vie quotidienne et grands événements historiques s'entremêlent.

    Trois épisodes sont disponibles sur le site Les Parisiens racontent la Shoah. Ils peuvent s'écouter in situ, chez soi ou en podcast. 

     

    Texte

    Crédits

    Une série proposée et racontée par Sarah Gensburger, chercheuse au CNRS et sociologue de la mémoire
    Réalisation : Jean Dubrel - Son : Léa Chevrier - Mixage : Paul Boulier
    Avec les voix de Claude Dégliame, Frédérique Loliée, Clément Bertani et François Hatt
    Musique : Ludovic Poulet
    Production : narrative : Cécile Cros, Laurence Bagot
    Coproduction : INA : Fabrice Blancho, productrice : Amandine Collinet, chargée de production : Nancy Mouton, documentation : Linda Simhon / CNRS - EHESS : Sarah Gensburger, Isabelle Backouche et Stéphanie Coiffier

    La série sonore "Ça s'est passé ici. Les Parisiens racontent la Shoah" a reçu le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah. 

    Partager

    | |