Menu Rechercher

    Martin Heidegger. Catholicisme, révolution, nazisme - Guillaume Payen

    Éditions Perrin - 2016
    Texte

    "Le national-socialisme est un principe barbare", écrit Martin Heidegger dans ses Cahiers noirs, ajoutant : "C’est ce qui lui est essentiel et sa possible grandeur." Alors que le philosophe est devenu un objet d’incompréhension et d’horreur, des spécialistes en appellent désormais à l’histoire. C’est cette réhistoricisation que l’auteur a entreprise dans ce livre.

    Martin Heidegger. Catholicisme, révolution, nazisme - Guillaume Payen
    Texte

    Refusant la polémique, l’adoration et la détestation, il s’emploie à comprendre l’homme et le penseur, de l’intérieur et en son temps, par le biais de toutes les sources disponibles : cours, lettres, textes de circonstance, de même que ces Cahiers noirs qui suscitent tant d’émoi.

    Excédant largement le IIIe Reich, le cheminement de Heidegger fut heurté : il commença par un catholicisme intransigeant, qui laissa la place, après la Première Guerre mondiale, à une volonté farouche de révolution philosophique, terreau dans lequel son nazisme vint jeter de profondes racines qui survécurent à l’effondrement du régime d’Adolf Hitler.

    De cette biographie se dégage un portrait fait d’ombres et de lumières : grand philosophe, maître, ami ou amant de juifs ou d’étrangers, Heidegger fut aussi un nationaliste antisémite, inquiet de "l'enjuivement" de son peuple et soucieux de son rôle historique prééminent.

    Docteur en histoire (Université Paris-Sorbonne), chercheur associé au centre Roland-Mousnier (CNRS/Paris-Sorbonne), Guillaume Payen est chef du pôle Histoire du centre de recherche de l’École des officiers de la Gendarmerie nationale.

    Ses travaux sur l’antisémitisme de Martin Heidegger ont été soutenus par une bourse postdoctorale de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah.

    Commander cet ouvrage

    Partager

    | |