Menu Rechercher

    Rencontre - La littérature peut-elle transmettre la mémoire de l'innommable ? L’exemple d’Anna Langfus

    Dimanche 19 avril 2015, 15h - Nancy
    Texte

    Pour marquer les 72 ans de l'insurrection du ghetto de Varsovie, l’Association Culturelle Juive de Nancy propose une conférence avec Jean-Yves Potel sur le thème "La littérature peut-elle transmettre la mémoire de l'innommable ? L'exemple d'Anna Langfus".

    Cette manifestation a reçu le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah.

    Anna Langfus

    Romancière française d'origine polonaise, Anna Langfus (1920-1966) est lauréate du prix Goncourt en 1962 pour Les bagages de sable (Gallimard). Née dans une famille juive de Lublin, elle est prise dans les ghettos, les rafles et les traques. À 26 ans, après l'anéantissement de tous les siens, elle part en France, où elle écrit et publie trois romans.

    Anna Langfus ne donne pas un témoignage au sens propre, plutôt une évocation intime de la Catastrophe et du désarroi des survivants juifs. Elle est une des rares romancières françaises à transmettre la violence de cette épreuve par la fiction. Le ton et le style de ses récits dérangent ; ils se départissent d’une littérature héroïque, consensuelle ou consolatrice.

    Jean-Yves Potel

    Jean-Yves Potel est écrivain et journaliste spécialiste de l’Europe centrale. Docteur habilité en sciences politiques, il a longtemps enseigné à l’université de Paris-VIII. Ancien conseiller culturel à Varsovie, il est l’auteur d’une biographie d’Anna Langfus : Les disparitions d’Anna Langfus (éditions Noir sur Blanc, 2014).

     

    Rencontre

    À l'occasion des commémorations du soulèvement du ghetto de Varsovie

    Dimanche 19 avril 2015 à 15h

    Association Culturelle Juive
    55 rue des Ponts
    54000 Nancy

    Programme

    Partager

    | |