Menu Rechercher

    La France catholique face à la Shoah - Marie-Christine Gambart & Laurent Joly

    2020 - À voir en VAD
    Texte

    Comment la France catholique a-t-elle pris la mesure du drame de la Shoah ?
    A-t-elle fait tout ce qu’elle aurait dû ou pas assez ?

    À ces questions qui agitent, depuis plusieurs décennies, la communauté des catholiques, les historiens et la société française dans son ensemble, ce film apporte des réponses qui constituent de réelles avancées.

    En interrogeant les meilleurs spécialistes du sujet (Serge Klarsfeld, Renée Poznanski, Sylvie Bernay, Wolfgang Seibel, Tal Bruttmann, Nina Valbousquet, Denis Pelletier, Mgr Benoît Rivière et une ancienne enfant cachée, Jeannette Wolgust), ce film donne en effet une vision détaillée, complexe et nuancée de l’évolution des rapports entre l’Eglise catholique de France et les autorités du régime de Vichy. Entre 1940 et 1944, on passe d’une adhésion entière et immédiate de la hiérarchie catholique au programme de la Révolution nationale du Maréchal Pétain à une défiance puis une opposition franche qui se manifestent à partir des rafles de juifs français et étrangers de l’été 1942, en zone occupée (Vel d’hiv) puis en zone libre.

    Trois catholiques résistants reconnus Justes parmi les Nations :
    - Edmond Michelet lors de la libération du camp de Dachau le 5 mai 1945 
    - Mgr Saliège qui fait lire dans son diocèse les 23 et 30 août 1942 sa lettre de protestation contre les rafles de Juifs 
    - le Père Chaillet, résistant jésuite, fondateur des Cahiers du Témoignage chrétien 

    Texte

    Le film se concentre sur la trajectoire de quelques personnages importants de l’Église de France : si certains (Père Chaillet, Edmond Michelet, Mgr Saliège…) expriment dès 1940 leur rejet de la politique antisémite du régime de Vichy, la plupart la soutiennent, voire encouragent la politique de collaboration (Mgr Baudrillart). Mais plus la répression antijuive s’accélère, et plus les doutes grandissent au sein des responsables catholiques. Grâce à des archives inédites et aux entretiens avec les historiens, le film en vient à établir ce constat paradoxal :  c’est parce que l’Église a pleinement soutenu le Maréchal Pétain en juin 1940 qu’elle a pu peser de tout son poids à l’été 1942 pour contrarier les rafles.

    Si les ¾ des Juifs de France ont échappé à la déportation, c’est en partie grâce à l’action de certains évêques, de prêtres et de communautés religieuses qui ont organisé ou couvert des actions de sauvetage. Mais, rappelle le film, il n’y a pas de réponse à la question morale du silence de ceux qui savaient mais n’ont pas protesté.  

    Tract de la Résistance suite à l'exfiltration fin août 1942 de 108 enfants juifs du camp de Vénissieux que les autorités de Vichy voulaient récupérer pour les livrer aux Allemands. 

    Texte

    Documentaire de Marie-Christine Gambart et Laurent Joly, réalisé par Marie-Christine Gambart / Morgane Productions / 2020 / 70 mn 


    Ce film a reçu le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah. 

     

    Diffusion 

    Dimanche 4 octobre 2020 sur France 5 à 22h35

    À voir en ligne sur france.tv jusqu'au dimanche 11 octobre 2020 

    VAD disponible sur mycanal 

    Partager

    | |