Menu Rechercher

    Disparition de Nicolas Roth

    Jeudi 17 septembre 2020
    Texte

    Rescapé d'Auschwitz-Birkenau, Nicolas Roth est décédé le 16 septembre 2020 à l'âge de 92 ans. Né en Hongrie, il a fait partie des 440 000 Juifs déportés de ce pays pendant l'été 1944. Il a publié son récit: Avoir 16 ans à Auschwitz, en 2010 dans la collection Témoignages de la Shoah. 

    Nicolas (Miklos Roth) est arrêté le 5 avril 1944 dans sa ville natale, Debrecen, en Hongrie, avec ses parents et sa sœur Magda. Le 27 juin, au moment de la liquidation du ghetto où ils étaient internés, ils sont déportés vers Auschwitz-Birkenau. Nicolas est séparé de sa famille à la descente du train. Alors que ses proches sont envoyés vers les chambres à gaz, il est sélectionné pour le travail et voit son bras tatoué du matricule A 17140.

    Durant six mois, il survit à la faim, à l'épuisement, aux mauvais traitements. Le 18 janvier 1945, le camp est évacué. Les Marches de la mort le conduisent à Gross-Rosen, puis à Dachau, où il est libéré le 29 avril 1945.

    Après la guerre, il tente de rejoindre la Palestine via l'Italie. Après 10 mois d'errance d'un camp de déplacés à l'autre, il renonce et décide de poursuivre sa route. Plus personne ne l'attend en Hongrie, où la population juive de Debrecen a été anéantie. C'est donc en France, où il retrouve une sœur et un frère, qu'il refait sa vie. À Paris, il monte une société de confection spécialisée dans les imperméables pour dames. Il se marie et élève trois enfants.

    À la fin des années 1980, il rejoint des associations mémorielles. Bénévole au sein du Comité français pour Yad Vashem, de l'Union des déportés d'Auschwitz et se mettant régulièrement à disposition du Mémorial de la Shoah, il accompagne des collégiens et lycéens lors de nombreux voyages pédagogiques en Pologne, et témoigne dans des établissements scolaires.

    Nous adressons nos sincères condoléances à sa famille.

    Texte

    Chaque hiver, sur le site d’Auschwitz-Birkenau, il accompagne des collégiens du département du Rhône et je l’observe tandis qu’il essaie de faire partager à ces adolescents son expérience d’un garçon de quinze ans arrivé sur cette planète maudite à la fin de juin 1944. Les collégiens écoutent toujours avec attention ce que dit Nicolas Roth ; il avait leur âge et ils apprécient la précision de son témoignage, son respect scrupuleux du détail, sa volonté de ne pas jouer sur le registre de l’émotion. Nicolas Roth sait transmettre aux jeunes son vécu d’une page exceptionnellement tragique de l’histoire de l’humanité.

    Serge Klarsfeld
    Préface de "
    Avoir 16 ans à Auschwitz. Mémoire d’un Juif hongrois" de Nicolas Roth

     

    À lire, à voir

    Nicolas Roth a livré son récit dans la collection Témoignages de la Shoah sous le titre Avoir 16 ans à Auschwitz. Mémoire d'un Juif hongrois (2011, éd. Le Manuscrit / FMS).

    En 2006, il a témoigné devant la caméra de l'INA dans le cadre du projet Grands entretiens - Mémoires de la Shoah (coproduction INA/FMS).

    Il a également accepté de raconter son histoire à la documentariste Sophie Nahum, dans le cadre de la série Les Derniers.

    Partager

    | |