Menu Rechercher

    80 ans de la déportation des Juifs grecs en France

    Novembre et décembre 2022
    Texte

    Le 5 novembre 1942, la quasi-totalité des Juifs de nationalité grecque habitant Paris est raflée par la police française sur ordre des Allemands. Sur les 1060 personnes arrêtées, la plupart sont originaires de la ville de Salonique. Nombre d'enfants arrêtés lors de cette rafle sont nés en France et de nationalité française.

    Les Juifs grecs constituent la grande majorité des déportés du convoi n° 44, parti le 9 novembre 1942 de Drancy vers Auschwitz-Birkenau. Ils représentent également une proportion importante du convoi n° 45, parti deux jours plus tard.

    En province, les Juifs grecs sont arrêtés le 7 novembre, transférés à Drancy après le 11 novembre avant d'être déportés pour Auschwitz début 1943. Ainsi, 91 Juifs grecs sont arrêtés autour de Poitiers avant d'être transférés au camp de Drancy le 12 novembre. 

    80 après, des cérémonies et une rencontre sont organisées pour rappeler la mémoire de ces judéo-espagnols déportés de France.
     

    ♦ Cérémonies à la mémoire des déportés des convoi nos 44 et 45

    Mercredi 9 novembre 2022, 12 h au Mémorial de la Shoah, Paris
    Lecture des noms des déportés du convoi n° 44 ​​​​​

    Vendredi 11 novembre 2022, 12 h au Mémorial de la Shoah, Paris
    Lecture des noms des déportés du convoi n° 45
     

    80 ans de la déportation des Juifs grecs en France

    Joseph Nehama, avec sa fille Nora Saporta et sa petite-fille Elena. Photo : Mémorial de la Shoah.

    Texte

    ♦ Rencontre -  La rafle des « Juifs hellènes » à Paris - 5 novembre 1942

    Jeudi 1er décembre 2022, 19h

    Visant une nationalité spécifique, la rafle du 5 novembre 1942 présente, à l'instar de celle des Juifs roumains, un caractère géopolitique particulier. Elle illustre les objectifs globaux de la destruction des Juifs d'Europe, qui se traduiront en 1943 par l’extermination totale des Juifs du nord de la Grèce et de la Macédoine.

    Rencontre en présence d’Henriette Asséo, historienne, EHESS, de Maria Kavala, historienne, maîtresse de conférences à l’université Aristote de Thessalonique, d’Annie Cohen, chercheuse à l’INALCO, et de Jean‐Claude Kuperminc, directeur de la bibliothèque et des archives de l’Alliance israélite universelle à Paris, membre fondateur du réseau européen des bibliothèques de Judaïca et Hebraïca.

    Animée par Alain de Tolédo, président de l’association Muestros Dezaparesidos.

    Organisée en partenariat avec le Centre culturel hellénique, cette conférence sera retransmise en direct sur le site Internet, les pages Facebook et YouTube du Mémorial de la Shoah.

    Mémorial de la Shoah
    17, rue Geoffroy-l'Asnier
    75004 Paris

    Gratuit sur réservation

    Partager

    | |