Menu Rechercher

    Itinéraire d'un Allemand juif. Les Larmes de la Lorelei - Hans Callmann

    À paraître en décembre 2019 aux éditions Le Manuscrit / Fondation pour la Mémoire de la Shoah
    Texte

    Sa survie dans l’enfer concentrationnaire d’Auschwitz I est pour Hans Callmann le chemin de sa rédemption. Grâce à la bonté et la générosité de certains de ses codétenus, l'athée qu’il était au départ du convoi no 75 du 30 mai 1944 se met à croire en Dieu. Sa foi lui permet de résister à la haine de ses compatriotes tortionnaires et de préserver son amour pour l’Allemagne, au nom de ce qui fait d'elle une nation brillante.  

    Hans quitte brusquement l'Allemagne en 1931, suite à un rêve prémonitoire de la dictature que son pays est en train de devenir. Le jeune homme a 32 ans quand il s'installe à Paris où le reste de sa famille le rejoint. Il prospère dans le commerce des bas, cultive son don d’artiste peintre et trouve l’amour… mais la déclaration de guerre le précipite dans les camps d’internement des étrangers ressortissants de pays ennemis. Fin 1939, alors que sa sœur puis son frère viennent d’être emportés par la maladie, Hans tente de s’engager dans la Légion étrangère et connaît d’autres camps. Une fois démobilisé, il décide de rester à Lyon (août 1940), où il fait venir sa mère. Grâce à l’aide de Français non-juifs – dont l’abbé Glasberg –, il vit dans la clandestinité jusqu’à son arrestation "au faciès" dans une rue de Lyon le 16 mai 1944. Un an plus tard, riche de sa foi en Dieu, il retrouve à Paris sa mère et sa fiancée qui a continué de faire tourner son commerce.

    Hans, pendant ces années de détresse, a gardé en mémoire les mythes allemands qui avaient bercé son enfance et particulièrement celui de la Lorelei qui, d’après la légende, coiffe ses longs cheveux blonds sur un rocher au-dessus du Rhin. Mais ce n’est plus une fière jeune femme : comme Hans, elle pleure de voir son pays, sa culture et sa langue avilis par le nazisme.

    Portrait de Hans Callmann

    Autoportrait de Hans Callmann, pastels, juin 1945 © Collection particulière

    Texte

    Préface de Serge Klarsfeld

    Collection Témoignages de la Shoah (éditions Le Manuscrit / Fondation pour la Mémoire de la Shoah) 

    296 pages / 75 illustrations
    Prix : 21,90 € 

     

    Partager

    | |