Menu Rechercher

    36 rue Amelot - Résistance et spoliation du peuple juif

    Paru en mai 2021 aux éditions Le Muscadier
    Texte

    Cet ouvrage est né des ateliers d'écriture mené en Allemagne avec des élèves allemands de Berlin, et en France, avec des élèves français d'un collège parisien, à partir du roman de Christine Deroin, 36 rue Amelot, qui raconte une amitié pendant la Seconde Guerre mondiale entre deux enfants, dont l'un est juif. Le roman commence fin novembre 1938 quand Nathan arrive de Berlin avec ses parents et logent dans un petit appartement d'un immeuble du 11e arrondissement de Paris, dont la mère de Mathieu, l'autre enfant du récit, est la gardienne. 

    Les élèves étaient invités, lors des ateliers d'écriture menés tout au long de l'année scolaire 2020-21, à écrire des textes de fiction à partir du roman et de ses personnages. Pour cela, ils ont reçu dans leur classe des membres de la CIVS (Commission d'Indemnisation des Victimes de Spoliation) qui sont venus leur expliquer les faits et conséquences des politiques antisémites et de la spoliation des biens des familles juives pendant la Seconde Guerre mondiale

    Forts de ces connaissances historiques, les élèves ont pu rédiger leurs textes, chacun dans sa langue. L'ouvrage rassemble ainsi le roman original, et sa traduction en allemand, et les textes des élèves dans leur langue d'écriture, suivis également de leur traduction. Parmi ces extensions du roman figurent donc des textes qui imaginent la vie d'une famille juive à Berlin avant la guerre, une séquence de disputes entre les enfants, un épisode de spoliation, le retour des déportés, la vie après la guerre...  

    36 rue Amelot - Résistance et spoliation du peuple juif
    Texte

    36 rue Amelot - Résistance et spoliation du peuple juif
    Christine Deroin - traduction Katrin Schielke 

    Avec les élèves de l'Oberschule Fritz Reuter et du Sartre Gymnasium de Berlin, et du collège Paul Bert de Paris

    Paru aux Éditions Le Muscadier  le 11 mai 2021 

     

    Ce projet a reçu le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah. 

    Partager

    | |