Menu Rechercher

    Marcel Proust, du côté de la mère

    À voir jusqu'au dimanche 28 août 2022 au mahJ, Paris
    Texte

    À l’occasion du centenaire de la mort de Marcel Proust, le Musée d'art et d'histoire du Judaïsme propose une exposition présentant l'auteur de la Recherche à travers le prisme de sa judéité. Le grand public pourra y découvrir un aspect méconnu, longtemps sous-estimé, de la vie du grand écrivain qui ne s’est jamais réclamé du judaïsme, mais dont la vie et l’œuvre témoignent de l’attention qu’il lui accordait.

    L'exposition présente près de 230 peintures, dessins, gravures, ouvrages, documents - dont des œuvres majeures de Monet (l’un des peintres préférés de Proust), Rodin, Bonnard ou Vuillard, ainsi que des épreuves corrigées par l’auteur de Du côté de chez Swann et de Sodome et Gomorrhe.

    Portrait de Marcel Proust

    Marcel Proust (1871-1922), d’après la photographie d’Otto Wegener (1849-1924). Collection privée © Otto Wegener / TopFoto / Roger-Viollet. Mise en couleur : Jean-Baptiste Chevalier © Doc Levin

    Texte

    Après avoir mis en lumière le lien de Proust avec sa famille maternelle, les Weil, l’exposition aborde les thèmes des sociabilités de l’auteur, de son engagement au moment de l’affaire Dreyfus, de sa vision de l’homosexuel considéré comme un alter ego du Juif, de l’éclosion d’une modernité portée par des intellectuels et des artistes juifs au début du XXe siècle, ainsi que de la question de la mémoire comme élément central de l’identité juive et de l’écriture d'À la recherche du temps perdu.

    L’exposition évoque également les lieux qui ont marqué sa vie, la structure des manuscrits proustiens rappelant celle du Talmud, son intérêt pour l’histoire d’Esther ou le Zohar, les personnages juifs de la Recherche, l’antisémitisme dans la France de la fin du XIXe et du début du XXsiècle, ou encore la réception critique de ses ouvrages dans les revues sionistes des années 1920.

    À travers la judéité de l’écrivain, l’exposition révèle cette "part juive", trop souvent ignorée, de la France du XIXe siècle, où les israélites purent accéder à tous les domaines de la vie politique, économique, sociale et culturelle, dans un mouvement d’intégration et de contribution sans précédent dans la société française, sans équivalent en Europe.

    Peinture La Plage de Cabourg

    René François Xavier Prinet, La Plage de Cabourg, 1910. Paris, musée d’Orsay © RMN - Grand-Palais (musée d’Orsay) / Hervé Lewandowski.

    Texte

    Isabelle Cahn, conservatrice générale honoraire des peintures au musée d'Orsay, est la commissaire de l'exposition "Marcel Proust, du côté de la mère". Antoine Compagnon, professeur émérite au Collège de France et membre de l'Académie française, en est le conseiller scientifique. Il a publié en mars 2022 Proust du côté juif, aux éditions Gallimard. 

    L’exposition est accompagnée d’une riche programmation (rencontres, conférences, concerts, activités pour le jeune public, visites guidées et promenades hors les murs).

    Cette exposition a reçu le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah.
     

    Exposition

    Du jeudi 14 avril au dimanche 28 août 2022

    Musée d'art et d'histoire du Judaïsme
    71, rue du Temple
    75003 Paris

    Informations et réservations

    Partager

    | |