Menu Rechercher

Recherche

Date limite de dépôt des demandes : dimanche 1er novembre 2020

La Fondation soutient la recherche sur l’antisémitisme et la Shoah, en histoire et dans d’autres disciplines telles que la littérature, la sociologie, la philosophie, l’histoire de l’art, les sciences politiques, le droit… Les thèmes de recherche peuvent être directement liés à l’extermination des Juifs d’Europe ou toucher des sujets plus larges, y compris d’autres phénomènes génocidaires du XXe siècle.

Réseau de recherche - Violences de masse et résistance
En ligne

Violence de masse et Résistance (MV&R) est une publication scientifique en ligne spécialisée dans l’étude des massacres, des génocides, et des résistances locales qu’ils génèrent. Ce réseau couvre les XXe et XXe siècles. Son but est de fournir une information fiable sur des événements qui sont parfois difficiles à documenter et qui demeurent profondément enracinés dans les mémoires individuelles et collectives. 

Ces 900 interviews orales ont été collectées par des chercheurs et archivées par le département d'Histoire orale de l'Institut Avraham Harman du monde juif contemporain à l'Université hébraïque de Jérusalem. Conduits dès les années 1960, ils incluent des témoignages d'enfants rescapés de la Shoah, d'enfants de Nazis ou de témoins des persécutions antisémites. Ces entretiens sont accessibles gratuitement en ligne.

Jeudi 2 et vendredi 3 juin 2016 - Paris

La recherche de provenance, discipline à part entière de l’histoire de l’art, suscite depuis une quinzaine d’années une attention accrue, tant auprès des spécialistes que d’un public plus large. Il s’agit d’explorer l’histoire et l’origine d’une oeuvre d’art, avec des perspectives qui peuvent varier grandement selon que la recherche s’inscrit dans un contexte commercial, universitaire ou muséal.

Du jeudi 5 au samedi 7 mai 2016 - Varsovie

La première historiographie de la Shoah, notamment celle élaborée dans le cadre des centres de documentation et des commissions historiques juives en Europe, a été marquée par une intense publication de "recueils de documents" ou de "documents singuliers" : si cette pratique doit se comprendre en lien des procès de l’après-guerre, elle s’inscrit également dans la continuité des opérations de collecte d’archives clandestines pendant la guerre, dans le souci de constituer une documentation pour faire entendre la voix des victimes dans l’histoire à venir.