Menu Rechercher

Mémoire

Vie et Destin du Livre Noir - Guillaume Ribot
2019

Au début de la Seconde guerre mondiale, des écrivains russes documentent la destruction des juifs dans les territoires soviétiques conquis par les nazis et écrivent "Le Livre noir". Une enquête documentaire exceptionnelle retrace l’histoire de ce livre maudit et de ses auteurs. 

C'est ainsi que je me souviens - Élisabeth Sentuc
Éditions Le Manuscrit / Fondation pour la Mémoire de la Shoah - 2020

Issue d'une famille juive modeste vivant aux confins de la Roumanie et de la Hongrie, Élisabeth est déportée en juin 1944 à Auschwitz. Seule survivante de sa famille, elle choisit la France pour sa nouvelle vie et fonde une grande famille avec son mari rencontré sous les bombardements. 

Cité de la Muette - Jean-Patrick Lebel
2019 - Ciné archives / Périphérie

Ce double coffret DVD rassemble le premier film documentaire réalisé en 1986 par Jean-Patrick Lebel sur le camp de Drancy, ainsi que des entretiens filmés avec des témoins majeurs de ce camp d'internement des juifs français et étrangers avant leur déportation dans les camps nazis. 

Dimanche 8 décembre 2019, 10h45 au Mémorial de la Shoah, Paris

La Société d’histoire des Juifs de Tunisie et d’Afrique du Nord organise, en partenariat avec le Mémorial de la Shoah, une cérémonie en hommage aux victimes de la rafle des Juifs de Tunis par les SS, le 9 décembre 1942.

Pingouin et Goéland et leurs 500 petits - Michel Leclerc
2020

Michel Leclerc, réalisateur du remarqué "Le nom des gens" en 2010, raconte l'histoire de la Maison d'enfants de Sèvres tenue par Roger et Yvonne Hagnauer, dits Pingouin et Goéland, qui a accueilli des centaines d'enfants, orphelins de guerre ou issus de familles juives persécutées. Un documentaire à forte résonance personnelle, car, parmi ces enfants, il y avait sa mère. 

J'aimerais qu'il reste quelque chose - Un film de Ludovic Cantais
Projection : lundi 23 mars 2020, 18h au Carreau du Temple (Paris 3e)

Au Mémorial de la Shoah, à Paris, une équipe de bénévoles recueille chaque semaine les archives personnelles des déportés et de leurs familles. Pour ceux qui les donnent comme pour ceux qui les reçoivent, lettres, photographies et objets racontent l’horreur de la séparation, de l’attente et de la perte.