Menu Rechercher

Aide aux survivants

notes de musique
Paris

La Fondation pour la Mémoire de la Shoah a financé l’acquisition par l’EHPAD du Foyer des Israélites Réfugiés à Paris d’un juke box adapté aux personnes âgées, favorisant des animations musicales et l’accès à la musique des personnes très dépendantes.

Robert Frank témoigne au lycée ORT de Montreuil
Juin 2017 : restitution des travaux de l'année 2015-2016 à Montreuil

Ce programme de rencontres entre jeunes et aînés d'origine juive a un double objectif : assurer la transmission des mémoires plurielles du monde juif, et créer un lien fort entre les générations. Cette année, ce projet du Casip-Cojasor a été mené avec le lycée ORT Daniel Mayer de Montreuil.

Année scolaire 2014-2015 - Les Pavillons-sous-Bois (93)

Ce programme du Casip-Cojasor permet à des jeunes et aînés d'origine juive de se rencontrer. L'objectif est double : assurer la transmission des mémoires plurielles du monde juif et créer un lien fort entre les générations. Pour sa 7e édition, ce projet a été mené avec les élèves de Seconde du groupe scolaire de l'Alliance des Pavillons-sous-Bois (93).

Groupe de parole d’anciens enfants cachés, Georges Devereux
Prochaine réunion : dimanche 7 février 2021, 15h, en ligne

Mises en place suite aux attentats terroristes et antisémites de janvier 2015, ces sessions sont animées par les psychologues du Centre Devereux. Elles se tiennent un dimanche par mois au Mémorial de la Shoah.

Logo du medem

Le Centre Medem Arbeter Ring est une association juive laïque, héritière de la pensée bundiste. Il s’attache à transmettre un héritage culturel actuel et vivant, à restituer une mémoire juive et plus généralement à répondre aux atentes des personnes âgées et de leurs enfants en matière de culture.

Samedi 23 et dimanche 24 janvier 2016 - Espace Rachi, Paris

La promotion de la bientraitance s’est imposée comme un enjeu phare de nos sociétés. Le concept semble aller de soi mais partout la démarche se construit pas à pas. La réalité du terrain nous instruit sur les conditions de la mise en œuvre de cette exigence. C’est pourquoi Campus FSJU a choisi, pour son édition 2016 des Journées Nationales de Réflexion, de poser cette question : sommes-nous suffisamment "bientraitants" ?