Menu Rechercher
Éditions Le Manuscrit / Fondation pour la Mémoire de la Shoah - 2005

Claude Hirsch est né en 1931 dans une famille juive alsacienne. Fuyant les persécutions, les Hirsch sont arrêtés à Lyon par la Milice. Ils sont transférés à Drancy puis déportés le 30 juin 1944 vers Auschwitz-Birkenau. Au sortir du train, la mère de Claude a la présence d’esprit de mentir sur l’âge de son fils. Cela lui sauvera la vie. Claude est affecté au travail forcé dans le camp d’Auschwitz III Monowitz. Son père, lui, est assassiné dès son arrivée ; sa mère périra quelques semaines plus tard.

Éditions Le Manuscrit / Fondation pour la Mémoire de la Shoah - 2005

"Je n’ai plus que quelques heures devant moi à rester dans cette maison qui m’a vu naître […] Tout d’un coup, je pense à mon anniversaire, le 25 juillet, dans un peu plus d’un mois. Jamais de ma jeune vie, je n’ai eu d’anniversaire sans qu’ils soient là tous les deux, elle et lui. Alors, j’exige. Je veux leur promesse. S’ils ne sont pas avec moi, l’un et l’autre, jamais je n’aurai quatorze ans."

Éditions Le Manuscrit / Fondation pour la Mémoire de la Shoah - 2005

Salomon Malmed est né en 1935 à Saint-Quentin dans l’Aisne, de parents juifs récemment émigrés d’Europe de l’Est. Son père meurt alors qu’il est encore en bas-âge. Dès 1940, sa mère le confi e à OEuvre de Secours aux Enfants (OSE) qui le soustrait aux persécutions antisémites. L’OSE devient sa seconde famille. De maison d’enfants en maison d’enfants, il connaît – ainsi qu’il le décrit avec sensibilité –, la vie insouciante d’un enfant trop jeune pour avoir conscience du danger qui l’entoure.

Éditions Le Manuscrit / Fondation pour la Mémoire de la Shoah - 2005

Mireille Boccara découvre l’antisémitisme avant l’âge de sept ans dans la cour de son école, à Lyon. Six ans plus tard, c’est la défaite, l’occupation de la France par les Allemands et bientôt la chasse aux Juifs. Le père de Mireille, Elie Lalou, un notable décoré de la Légion d’honneur, fait confiance au maréchal Pétain et aux lois de son pays. En dépit des signaux d’alarme, il ne peut pas croire que la vie des siens est menacée.

Éditions Le Manuscrit / Fondation pour la Mémoire de la Shoah - 2005 - 2 volumes

Benjamin Schatzman est arrêté le 12 décembre 1941 lors de la "rafle des notables" visant la bourgeoisie et l’élite intellectuelle juives en région parisienne. Interné au camp de Compiègne, il parvient à tenir un journal malgré les difficultés matérielles. Il y décrit chaque jour de son supplice dans une langue et avec une hauteur de vue remarquables.

Éditions Le Manuscrit / Fondation pour la Mémoire de la Shoah - 2005

"16 juillet 1944. Ne crois pas, ma chérie, que c’est par vanité que je raconte ces événements. Je ne sais pas où tu es […]. Alors, je n’ai d’autre moyen de te tenir compagnie et de t’évoquer que de te parler de moi. Quand t’entendrai-je enfin ?" Lorsqu’il écrit ces lignes à sa femme, Jacques Salon (1914-1989) ne sait pas qu’elle ne rentrera pas de déportation. Nicole est assistante sociale à l’OSE quand il la rencontre en 1940. Pendant plus de deux ans, ils vont résister ensemble et sauver plus de 200 enfants juifs.

Éditions Le Manuscrit / Fondation pour la Mémoire de la Shoah - 2005

En 1945, à la libération du camp de Buchenwald, plus d’un millier de jeunes Juifs âgés de 8 à 24 ans attendent que l’on statue sur leur sort. 426 garçons, originaires des pays d’Europe centrale et orientale arrivent en France, pris en charge par l’OEuvre de Secours aux Enfants. Ce livre regroupe le témoignage de 15 anciens de Buchenwald, pour certains déportés à l’âge de 4 ans. Ils ont accepté de partager leurs souvenirs ; eux qui, enfants, connurent le ghetto, les camps de travail forcé et pour certains les "marches de la mort" depuis Auschwitz-Birkenau.

Auschwitz, le 16 mars 1945 - Alex Mayer
Éditions Le Manuscrit / Fondation pour la Mémoire de la Shoah - 2004

À la libération du camp d’Auschwitz, Alex Mayer n’a qu’une priorité : écrire. Pour lui-même, pour tenter de comprendre, mais aussi pour ceux qui ne sont plus. C’est sur des formulaires qu’il commence à écrire son journal. Il raconte la bravoure et la cruauté, la folie, les petits gestes qui sauvent et ceux qui condamnent.