Menu Rechercher

Recherche

Dénaturalisés. Les retraits de nationalité sous Vichy - Claire Zalc
Éditions du Seuil - 2016

"La France aux Français" : ce fut l’une des premières mesures mises en oeuvre par le gouvernement de Vichy avec la loi du 22 juillet 1940, qui prévoyait de réviser la naturalisation de tous les Français naturalisés depuis 1927. Plusieurs centaines de milliers de personnes, 1 million peut-être, étaient visées et, même s’ils n’étaient pas cités dans le texte de la loi, les Juifs en premier lieu.

Le Moment Eichmann - Dir. Sylvie Lindeperg et Annette Wieviorka
Albin Michel - 2016

Seuls deux procès du nazisme peuvent prétendre au statut de lieu de mémoire : celui de Nuremberg et celui d’Adolf Eichmann. C’est ce dernier procès qui constitue le génocide des Juifs en un événement distinct dans l’histoire de la Seconde Guerre mondiale. Le procès Eichmann fut aussi l’un des tout premiers événements médiatiques mondiaux. Cet ouvrage collectif analyse la façon dont il fut raconté par la presse, la radio, la télévision ainsi que la postérité de ces premiers récits.

Légendes du sang. Pour une anthropologie de l'antisémitisme chrétien - Joanna Tokarska-Bakir
Albin Michel - 2015

S’appuyant sur un corpus de textes diffusés dans l'Europe du Moyen-Âge, Joanna Tokarska-Bakir passe au crible de l’analyse une centaine de récits relatant de prétendus crimes commis par des Juifs: profanations d’hosties, meurtres d’enfants chrétiens... L'auteur retrace dans cet ouvrage la généalogie de ces légendes et dévoile la racine fantasmatique d'un antisémitisme chrétien particulièrement prégnant en Pologne.

Éditions L'Arachnéen - 2015

Ce livre est consacré à la littérature de témoignage relative aux camps nazis et à la Shoah. Cette littérature, parce qu’elle s’inspire d’une expérience inhumaine, soulève des questions historiques, anthropologiques, philosophiques et littéraires dont on peut considérer qu’elles ont renouvelé les approches du témoignage, de la fiction et de la poésie depuis 1945.

1945, la découverte - Annette Wieviorka
Seuil - 2015

"Nous savions. Le monde en avait entendu parler. Mais jusqu’à présent aucun d’entre nous n’avait vu. C’est comme si nous avions enfin pénétré à l’intérieur même des replis de ce cœur maléfique." Buchenwald, Dachau, Bergen-Belsen… La découverte des camps de concentration nazis par les Alliés en avril et mai 1945 se fit au hasard de la progression des troupes. Libérer les déportés n’était pas un but de guerre et rien ou presque n’avait été prévu pour eux.

Date limite de candidature : 1er avril 2017

La Fondation pour la Mémoire de la Shoah aide la recherche dans les domaines relatifs à la Shoah, ses origines, ses conséquences jusqu’à l’époque actuelle, et à l’étude de l’antisémitisme contemporain. Elle propose des bourses doctorales et post-doctorales ainsi que des aides pour les séjours de recherche.

Babi Yar, 1941
Du jeudi 9 au samedi 11 mars 2017, Paris

Ce colloque est organisé par l'Université Paris II Panthéon-Assas et Euroforum (European Forum for Ukraine). Les contributions porteront avant tout sur l’établissement et la compréhension des faits de la période de l’occupation allemande (1941-1944).

Procès de Nuremberg. Les accusés dans leur box, circa 1945-1946.
Programme de recherche 2016-2018

Les procès contre les nazis et leurs collaborateurs à l’issue de la Seconde Guerre mondiale furent filmées dans de nombreux pays. Ces images constituent un observatoire privilégié pour analyser les enjeux de ces procès qui dépassèrent largement la question du jugement des criminels nazis.

Journée d'étude Histoire des femmes juives en France pendant la Seconde Guerre mondiale et dans le long après-guerre
Journée d'étude le lundi 23 janvier 2017 - Paris

En partenariat avec l’Institut Émilie du Châtelet, la Fondation pour la Mémoire de la Shoah souhaite encourager les recherches sur l'histoire des femmes juives. Elle organise une journée d'étude pour présenter l'immense richesse des sources disponibles, et faire émerger problématiques et vocations.

Jeudi 23 et vendredi 24 mars 2017, Paris

Ce colloque est organisé par le Centre Gabriel Naudé de l'Enssib, l'Institut d'histoire du temps présent et l'Université Paris Diderot, avec le soutien de la Bibliothèque nationale de France, de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah et de la Bibliothèque universitaire des langues et civilisations.