Menu Rechercher

Mémoire

Ma vie dans l’Allemagne d’Hitler, de Jérôme Prieur
Disponible en DVD et VàD - 2018

À l’été 1939, une grande enquête est lancée par trois professeurs de Harvard auprès des Allemands qui se sont exilés après l'arrivée d'Hitler au pouvoir. Ce film nous fait entendre la voix de ces femmes et de ces hommes qui ont réussi à fuir à temps le pays des nazis.

Les enfants de Terezin et le monstre à moustache, d'Henriette Chardak
Rediffusion le mardi 28 janvier 2020 à 20h40 sur la chaîne Histoire

À onze ans, Ela Stein-Weissberger a été emprisonnée dans le camp-ghetto de Terezín, en Tchécoslovaquie occupée. Elle fait partie des rares rescapés de ce camp de concentration. Elle y a joué dans l'opéra pour enfants Brundibár. À près de 88 ans, Ela raconte cette histoire à hauteur d’enfant.

Lundi 27 mai 2019

La Journée nationale de la Résistance a été instaurée par la loi du 19 juillet 2013. Elle se tient chaque année le 27 mai en référence à la première réunion du Conseil national de la Résistance (CNR), le 27 mai 1943. Cette journée fournit l'occasion d'une réflexion sur les valeurs de la Résistance. La communauté éducative est invitée à s’y associer.

Retour à Kigali, de Jean-Christophe Klotz
2019 - À voir en ligne

Jean-Christophe Klotz, un des rares journalistes français présents au Rwanda en 1994, revient à Kigali pour un film-enquête dont l'ambition est de faire la lumière sur les responsabilités, notamment françaises, qui ont rendu possible le génocide des Tutsi entre avril et juin 1994.

Exposition jusqu'au lundi 31 août 2020 à Mayenne

À Mayenne, le Mémorial des Déportés organise une exposition et plusieurs événements autour du thème "Imaginer pour résister", afin de mettre en avant les créations de déportés, de résistants et d'anonymes réalisées durant la guerre pour résister au régime nazi.

Mémoires de Léon Poliakov
Éditions Tiamat - 2019

Prisonnier de guerre évadé et résistant, Léon Poliakov commence à rassembler pendant la guerre des documents sur les crimes nazis et la collaboration. Il fait ensuite partie de la délégation française au procès de Nuremberg. En 1951, il publie Le Bréviaire de la haine, première tentative systématique de documenter l'extermination des Juifs.