Menu Rechercher

Mémoire

Le corbeau blanc
Représentations du vendredi 5 au dimanche 28 juillet 2019 au Festival Avignon Off

En imaginant le face-à-face entre Adolf Eichmann et une psychologue avant le procès du criminel nazi, la pièce explore avec justesse les mécanismes qui ont abouti à la Shoah, tout en interrogeant notre capacité de résistance à la barbarie. 

Jeudi 30 et vendredi 31 mai 2019 - À écouter en podcast

Organisée par la Licra, la 3e édition des Journées des Justes a pour thème "75 ans après la Shoah, qu'est-ce qu'être Juste aujourd'hui ?" Au programme : des tables rondes, des visites des lieux de mémoire, une projection et un bal-concert klezmer.

Ma vie dans l’Allemagne d’Hitler, de Jérôme Prieur
Disponible en DVD et VàD - 2018

À l’été 1939, une grande enquête est lancée par trois professeurs de Harvard auprès des Allemands qui se sont exilés après l'arrivée d'Hitler au pouvoir. Ce film nous fait entendre la voix de ces femmes et de ces hommes qui ont réussi à fuir à temps le pays des nazis.

Les enfants de Terezin et le monstre à moustache, d'Henriette Chardak
Disponible en VOD - 2019

À onze ans, Ela Stein-Weissberger a été emprisonnée dans le camp-ghetto de Terezín, en Tchécoslovaquie occupée. Elle fait partie des rares rescapés de ce camp de concentration. Elle y a joué dans l'opéra pour enfants Brundibár. À près de 88 ans, Ela raconte cette histoire à hauteur d’enfant.

Lundi 27 mai 2019

La Journée nationale de la Résistance a été instaurée par la loi du 19 juillet 2013. Elle se tient chaque année le 27 mai en référence à la première réunion du Conseil national de la Résistance (CNR), le 27 mai 1943. Cette journée fournit l'occasion d'une réflexion sur les valeurs de la Résistance. La communauté éducative est invitée à s’y associer.

Retour à Kigali, de Jean-Christophe Klotz
2019

Jean-Christophe Klotz, un des rares journalistes français présents au Rwanda en 1994, revient à Kigali pour un film-enquête dont l'ambition est de faire la lumière sur les responsabilités, notamment françaises, qui ont rendu possible le génocide des Tutsi entre avril et juin 1994.