Menu Rechercher

Mémoire

Wagon
Cérémonie à la mémoire des déportés du convoi n° 40 : samedi 4 novembre 2017, 12h au Mémorial de la Shoah, Paris

L’année 1942 marque le début de la déportation des Juifs de France vers les centres de mise à mort nazis. 75 ans après, des cérémonies sont organisées au cours desquelles lesquelles les noms des déportés de chaque convoi seront lus.

La commission soutient des projets de tous types permettant de transmettre l’histoire de la Shoah, ou des autres génocides, auprès du grand public francophone. Il peut s’agir de projets mémoriels et commémoratifs variés : films, livres, expositions, pièces de théâtre, manifestations culturelles… adaptés à l’intérêt et aux besoins des publics auxquels il s’adresse.

Le Mémorial de la Shoah est le premier partenaire de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah. Grâce au soutien permanent de la Fondation, le Mémorial a pu se développer et accueillir un nombre croissant de visiteurs (individuels, groupes scolaires, chercheurs…).

Affiche du film Journal filmé d'un exil, de Magali Magne
Avant-première : jeudi 2 novembre 2017, 19h30 au Mémorial de la Shoah, Paris

En 1936 à Vienne, à la naissance de son fils, Robert Bernas achète une caméra. Il filme la vie de sa famille, juive franco-autrichienne, et les évènements qu’elle traverse durant la guerre. Des images fortes qui racontent une formidable histoire de vie face aux menaces de l’Allemagne nazie et de ses alliés.

Dans le cadre de la refonte de son exposition permanente, le Mémorial de Caen a ouvert en 2010 de nouveaux espaces. La Fondation a apporté son soutien à ce projet d’envergure dans lequel la Shoah tient une place importante.

Mémorial du camp de Gurs

Dans le cadre de la constitution d'un réseau des lieux de mémoire de la Shoah en France, la Fondation pour la Mémoire de la Shoah a apporté son soutien aux aménagements réalisés sur le site de l'ancien camp de Gurs dans les Pyrénées-Atlantiques.

Le camp de Rivesaltes a été successivement camp d'internement, de déportation et de transit. 60 000 républicains espagnols, Juifs, tziganes, harkis y ont été "regroupés" entre 1939 et 1964, date de sa fermeture officielle. Il est aujourd'hui un haut lieu de la mémoire de l’internement en France.

Couverture du livre Transcription de Heimrad Bäcker
Vient de paraître aux éditions Héros-Limite

Adolescent, l’écrivain autrichien Heimrad Bäcker a été membre des Jeunesses hitlériennes. Il n’aura de cesse de chercher à comprendre l’horreur du génocide dont il a été un acteur indirect. En compilant des fragments de directives, listes d'interdictions, inventaires de synagogues, actes d'accusation... il amène l’horreur à se révéler d’elle-même.

Photo de Vassili Grossman
Diffusion : mercredi 25 octobre 2017, 22h30 sur Arte

Ce documentaire de Priscilla Pizzato retrace l'histoire du roman Vie et destin de Vassili Grossman. Violente charge contre le totalitarisme, ce chef-d'oeuvre de la littérature du XXe siècle sera sauvé de la disparition grâce au courage d’un réseau de dissidents comme Andreï Sakharov et Vladimir Voïnovitch.

Salle des noms, Institut Yad Vashem
Cérémonie de clôture du projet : jeudi 26 octobre 2017, 11h à Jérusalem

Environ 600 000 Juifs de Hongrie ont été assassinés durant la Shoah. Pour rendre son nom à chacun de ces hommes, femmes et enfants, l'Institut international Yad Vashem a lancé un grand projet de recherche.