Menu Rechercher

    Bac 2018 : un sujet sur "l'historien et les mémoires du génocide juif"

    Texte

    En juin 2018, lors de l'épreuve d'histoire-géographie du bac, les lycéens des filières L (Littéraire) et ES (Économique et Social) se sont vu proposer le sujet "l'historien et les mémoires du génocide juif".

    La consigne était la suivante : “Montrer que les documents témoignent de l’évolution des mémoires du génocide des juifs en France. En vous appuyant sur le document 1 (interview de l’historienne Annette Wieviorka), vous expliquerez le lien entre cette évolution et celle de la recherche historique."

    Cet entretien avec Annette Wieviorka publié dans Le Nouvel Observateur en janvier 2005 était complété par une photographie de Simone Veil et Jacques Chirac, alors Président de la République, à Auschwitz, le 27 janvier 2005, dans le cadre des 60 ans de la libération du camp.

    Ce sujet s'inscrivait dans le chapitre du programme de Terminale consacré à "l'Historien et les mémoires de la Seconde Guerre Mondiale en France". Les lycéens y apprennent à faire la distinction entre mémoire et histoire, et étudient les mémoires françaises de la Seconde Guerre mondiale à nos jours. 

    Depuis désormais une dizaine d’années, les professeurs de Terminale ont le choix de traiter avec leurs élèves la mémoire de la Shoah ou celle de la guerre d’Algérie. Mais c’est la première fois que la question de la mémoire est sujet du bac, l’année où notre première présidente, Simone Veil entre au Panthéon. Ce sujet atteste tout à la fois que la mémoire est devenue sujet d’histoire et la place qu’a prise celle de la Shoah dans la vie publique. 

    Annette Wieviorka
    Présidente de la commission Histoire de l'antisémitisme et de la Shoah

     

    Partager

    | |