Menu Rechercher

    Engagement et responsabilité des grandes firmes dans le régime nazi

    Restitution sonore du voyage à Paris des élèves du CSES Jean Lagarde de Ramonville Saint-Agne (31)
    Texte

    L’origine de ce projet vient du questionnement des élèves sur les rapports entre les entreprises allemandes et le régime nazi. La présence d’un "Hollerith Abteilung" dans les camps, du nom de la machine qui a contribué au fichage des déportés et de leurs biens, témoigne d’une part de la rationalisation de l’administration nazie dans son entreprise d’extermination des Juifs et d’autre part des liens entre les pouvoirs économique et politique.

    Après la lecture de L’ordre du jour d’Éric Vuillard, les élèves du se sont intéressés à la thèse du journaliste Edwin Black qui mettait en lumière l’implication d’une filiale d’IBM dans le processus d’extermination nazi. Ils ont souhaité alors rendre compte de leur démarche d’investigation et de leur exploration du contexte de l’époque par l’enregistrement de notes synthétiques, de lectures d’extraits de témoignages et de récits ou de poèmes.

    L’enquête se déroule en huit séquences comme autant de chapitres qui interrogent le rôle de la machine Hollerith pour aboutir dans une neuvième et dernière séquence au ressenti lors de la visite du Mémorial de la Shoah en octobre 2019.


    ► À écouter : le documentaire sonore des élèves (30 mn) 

     

    Texte

    Par ailleurs, dans le cadre du voyage des élèves à Paris, et notamment au Mémorial de la Shoah, une élève de Terminale, a réalisé une vidéo pour mettre des visages sur les voix des élèves entendues dans la production sonore : "le handicap peut se transcender à condition de le vouloir." 

    Texte

    La double originalité de ce projet de documentaire sonore est d'avoir été réalisé par des élèves d'un établissement scolaire pour jeunes handicapés (CSES) près de Toulouse, et de porter sur le sujet de l'implication industrielle dans la Shoah, assez peu présent dans ce type de projet pédagogique. 

    Le voyage de ces élèves au Mémorial de la Shoah à Paris a reçu le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah. 

    Partager

    | |