Menu Rechercher

    Hommage à Jacques Chirac

    Jeudi 26 septembre 2019
    Texte

    La Fondation pour la Mémoire de la Shoah salue la mémoire de Jacques Chirac, premier président français à avoir reconnu la responsabilité de l'État français dans la persécution et la déportation des Juifs de France, en juillet 1995.

    Ces heures noires souillent à jamais notre histoire et sont une injure à notre passé et à nos traditions. Oui, la folie criminelle de l'occupant a été, chacun le sait, secondée par des Français, secondée par l'État français. (…) Transmettre la mémoire du peuple juif, des souffrances et des camps. Témoigner encore et encore. Reconnaître les fautes du passé et les fautes commises par l’État. Ne rien occulter des heures sombres de notre histoire, c’est tout simplement défendre une idée de l’homme, de sa liberté et de sa dignité. C’est lutter contre les forces obscures, toujours à l’œuvre.

    Jacques Chirac, 16 juillet 1995, lors des commémorations de la rafle du Vélodrome d’Hiver, à Paris

    50 ans après la fin de la guerre, le Discours du Vél' d'Hiv' a marqué un changement politique majeur dans la perception de cette période sombre de notre histoire. Il s'en est suivi la mise en place de la Mission d’étude sur la spoliation des Juifs de France dirigée par Jean Mattéoli. Ses conclusions ont permis la création de la Commission d'indemnisation des victimes de spoliation (CIVS) et celle de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah en 2000.

    En janvier 2007, sur proposition de Simone Veil, alors présidente de la Fondation, Jacques Chirac a fait entrer au Panthéon les Justes de France, ces hommes et femmes qui sauvèrent des Juifs pendant la guerre, qu'ils aient été reconnus par Yad Vashem ou qu'ils soient restés anonymes.

    Jacques Chirac et Simone Veil dans la crypte du Panthéon lors de la cérémonie d'hommage aux Justes de France.
    Photo : P. Segrette © Service photographique de la Présidence de la République

    Texte

    Vous, Justes de France, vous avez transmis à la Nation un message essentiel, pour aujourd’hui, et pour demain. Le combat pour la tolérance et la fraternité, contre l’antisémitisme, les discriminations, le racisme, tous les racismes, est un combat toujours recommencé… Et au nom de la France, au nom de la nation tout entière, je m’incline aujourd’hui devant vous avec respect et reconnaissance.

    Jacques Chirac, 18 janvier 2007, au Panthéon, Paris

     

    Jacques Chirac restera dans les mémoires comme un chef d'État qui osa regarder l'histoire en face.

    Partager

    | |