Menu Rechercher

    Disparition de Michaël Bar-Zvi

    Texte

    C'est avec une grande tristesse que nous avons appris la disparition de Michaël Bar-Zvi le 29 mai 2018, à l'âge de 68 ans. Docteur en philosophie, professeur à la Faculté d’éducation de Tel Aviv, il était une grande figure de la pensée juive contemporaine. Avec lui s'éteint un fervent défenseur d'Israël.

    Élève d'Emmanuel Levinas et de Pierre Boutang, Michaël Bar-Zvi s'intéressait aux liens entre la pensée juive et la philosophie politique. Il a notamment travaillé sur l'histoire du sionisme, sur les rapports entre la France et Israël, et sur l'antisémitisme. Engagé pour la cause sioniste, il a été délégué général en France du KKL (Keren Kayemeth Leisraël) et a dirigé le département Éducation juive en Europe de l'Agence juive.

    Michaël Bar-Zvi a écrit de nombreux ouvrages dont Le sionisme (PUF, 1978), Philosophie de l’antisémitisme (PUF, 1985), Être et Exil, philosophie de la nation juive (Les Provinciales, 2006) et Pour une politique de la transmission (Les Provinciales, 2016). Il a co-dirigé avec Michel Gad Wolkowicz, les actes du colloque Si c'était Jérusalem (In Press, 2018).

    Grand connaisseur du judaïsme, il a participé aux travaux de la commission Culture juive de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah entre 2010 à 2016. Il a prolongé son engagement aux côtés de la Fondation par le biais d'expertises régulières. Sa générosité et sa passion, tout comme la rigueur de sa pensée, laissent sur la FMS une empreinte profonde.

    Nos pensées vont vers ses proches et sa famille.

    Pour une politique de la transmission : entretien avec Michaël Bar-Zvi, Fréquence Tel Aviv, avril 2017

    Partager

    | |